NIMÈGUE


NIMÈGUE
NIMÈGUE

NIMÈGUE

Ville des Pays-Bas de la province de Gueldre, Nimègue, qui comptait 147 000 habitants selon les estimations de 1993, est située sur la rive gauche du Waal, bras sud du Rhin, près de la frontière allemande. Auparavant établissement batave, elle était, à l’époque romaine, un camp militaire important pour la défense de la frontière le long du Rhin. Sous l’empereur Trajan, elle reçut le nom de Ulpia Noviomagus et le droit de cité. À l’époque carolingienne, elle fut une des résidences favorites de Charlemagne qui, à l’emplacement du Valkhof, y bâtit un palais dont il ne reste qu’un baptistère octogonal. Jusqu’en 1248, elle était ville impériale, membre de la Ligue hanséatique et carrefour commercial. À cette date, elle fut cédée par l’empereur aux comtes de Gueldre et devint un des quatre quartiers du comté. Au XVe siècle, la ville fut prise par Charles le Téméraire, et la Gueldre annexée à l’État bourguignon. Pendant les guerres de Religion qui divisèrent les Pays-Bas au XVIe siècle, elle fut gagnée au calvinisme et se joignit à l’Union d’Utrecht qui fondait la république des Provinces-Unies. Prise par les Espagnols en 1585, elle fut délivrée par Maurice de Nassau en 1591. Au XVIIe siècle, pendant les guerres de Louis XIV, on signa dans la ville, qui venait d’être investie par Vauban, les traités connus sous le nom de paix de Nimègue. Ceux-ci ratifiaient l’annexion par la France de nombreux territoires, dont la Franche-Comté et une partie de la Flandre. Occupée par les Français de 1795 à 1814, la ville fut le chef-lieu du département des Bouches-du-Rhin. Depuis le XVIIIe siècle, le catholicisme a repris vigueur dans la ville au point d’être la religion, en 1969, de 81 p. 100 de la population. Ce phénomène explique d’ailleurs la création, dès 1923, d’une université catholique de grande renommée.

Nimègue
(en néerl. Nijmegen) v. des Pays-Bas (Gueldre), sur le Waal (r. g.), près de l'Allemagne; 145 820 hab. Centre industriel.
Université cathol. égl. St-Étienne (XVe s.). Hôtel de ville du XVIe s.
Les traités de Nimègue (1678-1679), qui mirent fin à la guerre de Hollande, prirent à l'Espagne, pour les donner à la France, la Franche-Comté et la plupart des territ. qui constituent auj. la Rég. franç. Nord-Pas-de-Calais.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nimègue — Héraldique …   Wikipédia en Français

  • Nimegue — Nimègue Nimègue …   Wikipédia en Français

  • Nimegue — (fr., spr. Nimehk, Nimegen), so v.w. Nimwegen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Nimègue — (spr. mǟgh ), franz. Name für Nimwegen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Nimègue — (spr. nimähg ), franz. Name von Nimwegen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Universite Radboud de Nimegue — Université Radboud de Nimègue Université Radboud de Nimègue Devise Universitas Noviomagensis Nom original Radboud Universiteit Nijmegen Informations Fondation 1923 Type université publique Localisation Nimègue, Pays Bas Recteur …   Wikipédia en Français

  • Université Radboud de Nimègue — Devise Universitas Noviomagensis Nom original Radboud Universiteit Nijmegen …   Wikipédia en Français

  • Université radboud de nimègue — Devise Universitas Noviomagensis Nom original Radboud Universiteit Nijmegen Informations Fondation 1923 Type université publique Localisation Nimègue, Pays Bas Recteur …   Wikipédia en Français

  • Marche de Quatre Jours de Nimègue — 2009 : les derniers kilomètres sur la Via Gladiola La Marche de Quatre Jours ou Vierdaagse de Nimègue) est un événement annuel international au Pays Bas durant lequel les participants parcourent 30 à 50 kilomètres par jour, quatre jours de… …   Wikipédia en Français

  • NEC Nimegue — NEC Nimègue NEC Nimègue Généra …   Wikipédia en Français